Des produits toxiques dans nos protections périodiques

Chaque femme utiliserait en moyenne 10.000 protections périodiques au cours de sa vie, qu’il s’agisse de tampons, de serviettes hygiéniques ou de protège-slips. La composition de ces produits, pourtant de grande consommation, n’est pas toujours transparente. En effet, aucune réglementation n’oblige les fabricants à l’indiquer clairement sur l’emballage.

Des produits chimiques dans les protections périodiques

Toutes les protections périodiques, tampons ou serviettes hygiéniques, ne sont pas sans risques. De nombreux produits chimiques entreraient dans leur composition. Cela est par exemple le cas des serviettes hygiéniques, qui sont composées de gels “super absorbants” afin de renforcer leur efficacité. Ils contiennent du polyacrylate de sodium, un polymère absorbant qui permet à la protection périodique d’absorber jusqu’à 800 fois son poids en eau. C’est cette même substance qui est présente dans les sachets anti-humidité.

Les tampons sont eux fabriqués à partir d’un coton qui a été blanchis (généralement au chlore) et traité en amont à l’aide de pesticides (comme le glyphosate, le lindane, le quintozène, le phtalate de di-n-octyl et l’hexachlorobenzène).

De nombreux autres produits chimiques et toxiques viennent renforcer ces compositions, tels que l’alcool, des perturbateurs endocriniens, de l’aluminium, du parfum, des hydrocarbures, ou encore de la dioxine. Tous ces composants pénètrent dans l’organisme à travers la paroi vaginale. Le corps n’est pas apte à s’en débarrasser. Ils s’accumulent donc dans notre organisme jusqu’à atteindre des quantités pouvant s’avérer dangereuses pour notre santé.

L’alternative des protections hygiéniques bio

De nombreuses marques proposent des alternatives biologiques qui n’agressent pas la muqueuse vaginale. Leur utilisation limite les risques d’irritations, d’allergies et d’infections. Cela permet également d’opter pour des produits dont la fabrication ne rejette ni pesticides ni produits toxiques dans l’environnement.

Ces protections hygiéniques sont fabriquées à partir de coton bio qui a été cultivé et transformé dans le respect d’obligations environnementales strictes. Le coton n’est pas blanchi au chlore lors de son traitement et aucune substance toxique n’est ensuite ajoutée durant le processus de fabrication.

ARTICLES SIMILAIRES

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LES DERNIERS ARTICLES

Mal de dos : Trois solutions naturelles pour le traiter efficacement !

Selon une récente étude, le mal de dos toucherait plus de 7 Français sur 10. Plusieurs chercheurs estiment que ce trouble affectera environ 75...

Bitcoin vs ethereum : que choisir ?

Vous recherchez un placement à plus haut risque pour compléter votre portefeuille de placements? La cryptomonnaie pourrait être une bonne option d'investissement pour vous....

Valoriser le sport urbain à travers l’aménagement des municipalités, comment y parvenir ?

À l’ère de la mondialisation économique et de la modernisation urbaine, les villes intègrent de plus en plus des repères urbanistiques dont la nature...